Citadelles & Mazenod

BUFFON - Histoire naturelle des Oiseaux

Illustrée par 1008 gravures de François-Nicolas Martinet
 

Textes choisis et introduits par Stéphane Schmitt avec la collaboration de Cédric Crémiére

 

L'Histoire naturelle des Oiseaux bénéficia des fabuleuses collections royales dont Buffon disposait et du réseau de scientifiques avec lesquels il correspondait dans le monde entier. Elle marque une étape décisive dans la naissance de la science ornithologique. Si les connaissances ont progressé depuis, elle demeure une référence
incontournable, longtemps sans équivalent par son caractère exhaustif et le fait qu'elle ajoute à la description l'étude du mode de vie des oiseaux. Les Planches enluminées que Buffon commande à François-Nicolas Martinet font intrinsèquement partie de cette entreprise. Elles sont conçues comme une source complémentaire d'informations sur la morphologie et les couleurs – un élément essentiel dans la reconnaissance –, mais aussi comme des œuvres à part entière par leur valeur visuelle.
Cet ensemble était cependant peu accessible : le tirage fut limité car la gravure et surtout la peinture à la main de chaque planche représentaient un énorme travail ; les planches furent mises en vente cahier après cahier pendant plusieurs années, indépendamment du texte, puis dispersée, avant de se perdre dans l'iconographie pléthorique auxquelles donnèrent lieu les nombreuses éditions de l'Histoire naturelle de Buffon.
Le lecteur découvre ou retrouve, ici, ce style inégalable propre l'auteur – loin du jargon scientifique–, plein de vivacité et d'échappées poétiques, qui marqua, bien au-delà de son époque, des générations d'écrivains (Rousseau, Chateaubriand, Balzac, Proust…).

 

 

 

Sous la direction de Pascale Heurtel et Michelle Lenoir Les Vélins

Cette édition sans précédent, réalisée par les éditions Citadelles & Mazenod et le Muséum national d'histoire naturelle, présente l'exceptionnelle collection de vélins conservée par la Bibliothèque centrale du Muséum.

La collection des Vélins, un ensemble de près de 7000 gouaches et aquarelles représentant fleurs et animaux, est un précieux patrimoine que partagent l'art et la science. La constitution de ce riche ensemble remonte à la période où l'observation et la description s'inscrivent profondément dans les sciences de la nature. De la fin du XVIIe siècle, moment où la collection est rattachée au Jardin royal, jusqu'au milieu du XIXe siècle environ, la production de ces images reste toujours liée à un processus scientifique. 
Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, est à l'origine de cette entreprise. Grand collectionneur, passionné de plantes, il entretient, avec l'aide des botanistes Abel Brunyer et Robert Morison, un vaste jardin botanique au château de Blois. Pour compléter le catalogue des plantes rares que ces derniers rédigent, Gaston d'Orléans engage dans le deuxième quart du XVIIe siècle le peintre et graveur Nicolas Robert qui les reproduira d'après le naturel. À sa mort, en 1660, le Prince possède ainsi plusieurs grands portefeuilles in-folio remplis de peintures sur vélin, répertoriant fleurs, plantes rares et oiseaux de ses volières. La série est léguée à Louis XIV et attire l'attention de Colbert, qui convainc le roi de faire continuer la collection. 
À la création du Muséum d'histoire naturelle en 1793, la collection est transportée dans le nouvel établissement, qui s'engage à la poursuivre, moyennant quelques évolutions notables, notamment la spécialisation des peintres entre la botanique et la zoologie. La création de la Ménagerie cettte année-là va d'ailleurs favoriser l'illustration de sujets zoologiques variés et exotiques. Les vélins sont plus que jamais de véritables outils au service de la science et la collection connaît une croissance importante : de 5321 pièces en 1809, elle passe à plus de 6000 en 1850. Et ce sont les scientifiques, réunis en assemblée des professeurs, qui décident des sujets à traiter et de l'entrée ou non d'un vélin dans la collection. 
Liée aux évolutions des méthodes et de la pensée scientifique, la collection des vélins voit sa production se ralentir à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle sera tout de même enrichie jsuqu'en 1905, date à laquelle la production s'arrête, faute de budget ; elle sera remplacée partiellement par la photographie. 

Le Vélin est un parchemin de grande qualité, très fin et très blanc, obtenu à partir d'une peau de veau mort-né ou de veau de lait. Les peintres qui interviennent sur ces vélins sont des miniaturistes, qui utilisent la technique de la gouache ou de l'aquarelle. Leur travail s'inscrit sur un support de 460 x 330 mm, dont les dimensions ne varieront pas dans l'histoire de la collection. L'image y est souvent encadrée d'une bordure dorée, elle-même éventuellement soulignée d'un trait brun ou bleu, qui représente une contrainte et limite sa taille, mais dont l'artiste peut décider de s'affranchir. Ce cadre permet aussi de varier les mises en page, le peintre pouvant contenir son motif à l'intérieur du trait ou le faire déborder, en intégrant parfois des détails dans sa composition

 

 

 

 

 

Animaux cachés, animaux secrets

 

Le sujet de ce livre n'est pas la peinture animalière. Il s'agit d'un essai illustré sur la place, la fonction et la symbolique de la représentation de l'animal dans le champ pictural, de la Renaissance au XIXe siècle. Comprendre pourquoi un animal est présent dans une oeuvre où nulle habitude ne l'impose à priori. Dans la lignée de Daniel Arasse, Nadeije Laneyrie-Dagen vise ici à approfondir la compréhension des oeuvres à travers une observation du détail, une "microhistoire" de l'art dans laquelle se confronte le voir et les savoirs (histoire, esthétique, technique ...). Dans une langue alerte et aussi précise que l'impose son approche, elle offre au lecteur une sensibilisation du regard et des clés de compréhension sur un motif important de la peinture occidentale.

 

 

 

Tibet Relié – 30 septembre 2009

de Hélène Tronc (Auteur)

 

 

 

 

Ce nouvel album panoramique de la collection Citadelles-Variations vous invite à parcourir cet immense territoire (2 500 000 km2) des contreforts de la chaîne de l'Himalaya aux confins de la province du Qinghai. Ici sont réunies 240 prises de vue remarquables sur ce pays mythique, gardien d'une des plus anciennes traditions bouddhistes au monde. Le palais du Potala, le temple de Jokhang et les grands monastères (Drepung, Ganden, Sera...), auxquels donne vie une fervente communauté de moines, comptent parmi les trésors du patrimoine mondial. Outre une richesse culturelle unique, le livre donne à admirer, au fil des saisons, de spectaculaires paysages tels les imposants monts Everest et Makalu, les étendues arides du haut plateau, le lac sacré Nam Tso, la vallée fleurie deYarhmg Tsangpo, les plaines fertiles de Shigatse... Partout, les drapeaux à prières qui claquent dans le vent, les pierres gravées de mantra et les cairns au bord des routes rappellent la vivacité de la foi du peuple tibétain. Ce livre lui rend hommage.

 

 

 

 

 

Le Design européen depuis 1985 : Quelles formes pour le XXIe siècle ? Relié – 28 octobre 2009

 

Ecrit par trois historiens du design de renommée internationale au terme de plusieurs années d'investigation, cet ouvrage de référence nous propose la première grande rétrospective critique sur le design européen. Après une étude approfondie des forces complexes (sociales, politiques, économiques et culturelles) qui ont nourri le design européen depuis la Seconde Guerre mondiale, en s'appuyant sur le travail d'un grand nombre de designers établis et émergents, Le Design européen depuis 1985 décrit les principaux mouvements conceptuels et esthétiques apparus depuis le milieu des années 1980 (design décoratif, expressif, minimal géométrique, biomorphique, néopop, conceptuel, néo-Dada/surréaliste, néodécoratif). Enrichi de centaines de photographies en couleur destinées à illustrer les objets les plus emblématiques de cette période, ce livre exceptionnel fera assurément date dans l'histoire du design. Il nous présente pour la première fois les designers, les mouvements et les objets qui ont contribué à façonner le design européen au cours des vingt dernières années.

 

 

 

Un atlas imaginaire Cartes Allego et SatariRelié – 19 octobre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cinéma et peinture Relié – 12 octobre 2011

de Joëlle Moulin (Auteur)

Et si la magie du cinéma avait partie liée à la peinture ? Cet ouvrage est né du regard croisé entre le septième art et la peinture, là où l image filmique cache ou révèle une image picturale.
Nombreux sont en effet les réalisateurs qui, afin de mettre en image leurs scénarios, ont revisité l oeuvre des grands artistes et ont développé une esthétique en affinité avec l art silencieux et immobile qu est la peinture.
Des frères Lumière à David Lynch, une étude passionnante sur les rapports féconds entre la peinture et le cinéma.

 

 

 

 

Le musée du Louvre Relié – 23 mars 2011

 

de Théophile Gautier (Auteur)

 

On connaît Théophile Gautier (1811-1872), grand romancier et poète romantique, auteur de Mademoiselle Maupin, du Capitaine Fracasse, du Roman de la Momie et des célèbres vers du recueil Émaux et camées. Ses
travaux de critique d art et de fervent défenseur des beaux-arts méritent amplement d être redécouverts. C est ce que propose cette réédition illustrée et annotée du guide du musée du Louvre, rédigée par Gautier en 1867, alors que la seconde Exposition universelle de Paris ouvrait ses portes. À travers une prose chatoyante, l auteur nous invite à parcourir les salles et galeries de ce « sanctuaire de l art » pour découvrir sous son il d esthète avisé les collections telles qu elles s offraient au public sous le Second Empire. Des différentes écoles de peinture (française, italienne, hollandaise et flamande mais aussi espagnole), selon un choix que seule guide la délectation visuelle, il donne une lecture qui loin de s encombrer d érudition favorise une approche directe de la forme et du coloris. Authentique entreprise de vulgarisation, ses descriptions vivantes, relevées d anecdotes et de détails inattendus, constituent une initiation réjouissante à l histoire de la peinture de la Renaissance au XIXe siècle. Par ses partis pris esthétiques, ce texte nous dévoile le musée imaginaire de Théophile Gautier : son goût des grands maîtres italiens de la Renaissance, son admiration pour le réalisme hollandais et particulièrement pour Rembrandt, son inclinaison pour les artistes de son siècle (Gros, Girodet, Géricault...)

 

 

Affiches de l'histoire de l'aviation Relié – 9 septembre 2009

 

de Gérard Hartmann (Auteur), Françoise Leloup-Perier (Auteur)

 

 

 

 

Affiches de cinéma Relié – 26 septembre 2012

de Dominique Besson (Auteur), George Lucas (Préface), Anthony Galluzzo (Collaborateur)

 

 

 

L'Astronomie dans l'art : de la Renaissance à nos jours Relié – 17 septembre 2014

Contactez-nous

Adresse

© Copyright 2020

Institution Sévigné-Saint-Louis

Tel: 04-73-89-18-95

Email: secretariat@institutionsevigne.fr

2 & 4 avenue de la Libération

63500 ISSOIRE